Allaitement de multiples bienfaits

Dernière mise à jour : 31 oct. 2020

Allaiter un acte naturel

Allaiter est le prolongement naturel de la grossesse. Les mamans sont faites pour nourrir leur enfant. Les bébés dans le ventre s’entrainent pour téter avec leur pouce et leur langue. L’aréole du sein dégage des odeurs semblables au liquide amniotique que le bébé avale pendant la grossesse, ainsi immédiatement après sa naissance il reconnaît l’odeur du sein de sa maman. Idéalement juste après la naissance, il faut poser le bébé sur le ventre de sa maman et le laisser seul trouver le sein, instinctivement il va réussir.


Il est presque toujours possible d’allaiter. Les exemples de mamans ayant adopté puis allaité leur enfant le montrent. Avec de la volonté et de la stimulation, le lait finit par sortir. Moins d’un pourcent des femmes ne peuvent pas allaiter. Le plus gros barrage à l’allaitement est vous-même, et les mythes.


La composition du lait une formule magique

La composition du lait est unique et elle s’adapte parfaitement à l’état du bébé au moment de la tétée :

– celle-ci varie pendant la journée : le matin, il y a plus de lactose, le midi, le lait est composé de plus de protéines et de lipides, l’après-midi, il y a plus d’oligosaccharides et le soir, plus de protéines.

– celle-ci varie en cours de tétée : en début de tétée, le lait maternel contient beaucoup d’eau et de sels minéraux pour le désaltérer. Ensuite la proportion de glucides s’accroit. Puis les protéines et lipides augmentent et à la fin de chaque tétée, les lipides se concentrent pour donner au bébé un sentiment de satiété.

– celle-ci varie selon son âge : dans les premières semaines, le lactose augmente et les oligosaccharides baissent, la proportion des lipides double, les sels minéraux diminuent de moitié, la proportion des protéines est divisée par dix, la teneur en acides aminés libres chute. Parallèlement, le volume de lait produit se multiplie par paliers au fil des semaines tout en s’adaptant à la demande du bébé.

– celle-ci varie selon son état : lorsqu’il est malade, rhume ou autre, il change de composition afin de lui permettre de lutter contre l’infection

Le lait maternel contient plus de 200 composantes. Il est composé :

- de protéines, faciles à absorber et faciles à digérer

- de sucres et de gras fournissant l’énergie nécessaire

- d’enzymes facilitant la digestion du bébé

- d’acides gras essentiels influençant le développement du cerveau et de la vision

- d’anticorps et de molécules antimicrobiennes fortifiant le système immunitaire

- de vitamines et de minéraux comme la vitamine C et le fer

- d’hormones et de facteurs de croissance stimulant la croissance et le développement du système digestif

- de cellules vivantes stimulant son propre système immunitaire.


Dans le cadre d’un co-allaitement avec un aîné, il s’adapte au plus petit et reste bénéfique pour le plus grand.



Les principaux bienfaits pour le bébé

Les composants listés ci-dessus permettent de renforcer le système immunitaire des bébés et de prévenir de nombreuses maladies. Lorsque le bébé est malade, les anticorps spécifiquement générés lui permettent de guérir plus vite. Un bébé malade refuse souvent de s’alimenter, le lait maternel lui permet de garder une bonne hydratation et un bon apport nutritif.

Les bébés allaités exclusivement sont deux fois moins victimes du syndrome de la mort subite du nourrisson. En renforçant le système immunitaire, les bébés prématurés allaités sortent plus vite de l’hôpital en moyenne. L’allaitement diminue la fréquence des bronchiolites, des pneumonies, des otites, des gastroentérites. Il réduit aussi le risque de contacter de nombreuses maladies comme le diabète, l’asthme, la leucémie, l’eczéma, l’obésité, les maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn… Le lait maternel permettrait également de prévenir le développement de l’hyperactivité chez l’enfant (TDAH).

L’amour est un besoin vital. Les observations de René Spitz montrent que si l'on prend soin de bébés (nourriture et soins physiques) sans établir avec eux un contact affectif, les enfants dépérissent et peuvent même aller jusqu'à se laisser mourir. Etre aimé et reconnu est le premier besoin d’un bébé, et l’allaitement contribue à renforcer les liens d’amour avec sa maman. Cela développe un sentiment très fort de sécurité et de protection face au monde qui l'entoure, indispensable pour grandir et pour devenir autonome et indépendant. Cela constitue une base solide pour ses relations futures.

Allaiter génère plus de moment d’échanges que de donner le biberon (le premier mois en moyenne 300 échanges contre 200 au biberon artificiel) : sourires de contentement, regards complices remplis d’amour, gazouillis, caresses du visage, des cheveux…un vrai moment de complicité s’installe, ce qui là encore favorise l’attachement avec votre bébé. Celui-ci se sent aimé, compris, en sécurité.

Allaiter c’est un moyen de réconfort, dès qu’un enfant a un petit inconfort, une tétée l’apaise et lui permet de faire descendre son niveau de stress. Donner le sein à votre bébé lui permet de se rendormir plus vite.

Des études montrent qu’en moyenne les QI des enfants allaités sont plus élevés. Des chercheurs ont également montrés que les personnes ayant été allaitées pendant au moins un an avaient tendance à avoir de meilleurs revenus à 30 ans.

Les principaux bienfaits pour la maman

A chaque mise au sein du bébé, l’ocytocine est sécrétée. Elle est surnommée l’hormone de l’Amour ou hormone de l'attachement. Elle vous aide à tomber littéralement amoureuse de votre bébé. Elle est aussi apaisante et relaxante. C’est elle qui est générée lors d’un orgasme. A chaque tétée, la maman bénéficiera aussi des effets assoupissant de la tétée. C’est donc une hormone antidépressive naturelle. Allaiter diminue fortement les risques de dépression post-partum.

Si l’ocytocine favorise l’attachement, la deuxième hormone de l’allaitement la prolactine joue également un rôle complémentaire en encourageant le maternage. Elle renforce la protection du bébé contre d’éventuels agresseurs.

L’ocytocine permet également à l’utérus de se contracter, il retrouve plus rapidement ses dimensions initiales, et cela réduit les risques d’hémorragie après l’accouchement. En contribuant à diminuer le volume de pertes de sang après l’accouchement, il réduit les risques de souffrir d'une anémie due à une carence en fer.

Chaque mois d’allaitement supplémentaire diminue ses risques de contracter un cancer du sein, des ovaires et de l’utérus. Il réduit également votre risque de développer une maladie cardiaque ou un diabète de type 2.

L'allaitement améliore la minéralisation osseuse, vous serez donc moins susceptible de souffrir d'ostéoporose et de fractures à l’avenir.

L’allaitement peut également contribuer à retrouver sa silhouette plus rapidement, même si ce n’est pas toujours le cas cela dépend également du régime alimentaire. Vous pouvez brûler jusqu'à 500 calories supplémentaires par jour, l'équivalent d'une heure de sport. Au bout de 4 mois, j’avais perdu tous mes kilos de grossesse.

Allaiter c’est aussi pratique et facile, où que nous soyons à chaque déplacement, la nourriture adaptée au bébé est toujours disponible et à bonne température. Il n’y a pas besoin d’emporter de matériel, ou de trouver un micro-onde.

Se passer de contraception durant les 6 premiers mois

Un allaitement exclusif durant les 6 premiers mois contribue à la régulation des naissances. Cette technique appellée « MAMA » est très fiable, elle a plus 98% de réussite (même taux que la pilule ou le stérilet), mais à condition de respecter tous ces principes :


- Bébé de moins de 6 mois et pas de retour de règles

- Allaitement exclusif (pas de diversification, même pas de l’eau)

- Ne pas espacer de plus de 6h les tétées (journée et nuit) : ne pas s’éloigner de son bébé longtemps, même si un autre contenant doit être utilisé durant une absente courte de la maman : l’intervalle des tétées doit toujours rester inférieur à 6h

Parfois le retour du cycle est long, j’ai attendu les 21 mois de mon fils pour l’avoir.


Des avantages pour la famille et toute la société

Allaiter n’est pas seulement bon pour le bébé et la maman, c’est aussi un acte pour la société, pour la préservation de la planète. Cela permet d’éviter des achats polluants dont beaucoup d’eau en bouteille, et de l’huile de palme contenu dans la préparation commerciale pour nourrisson.


Cela permet également d’être autonome : de ne pas être impacté par tous les scandales de lait contaminés, et d’éviter de paniquer si votre marque de lait artificiel est en rupture de stock.


Enfin l’allaitement est beaucoup plus économique.


J’ai rédigé tous les articles sur l’allaitement pour répondre aux mamans qui s’interrogent sur le choix d’allaiter, celles qui rencontrent des difficultés, mais également pour toutes ces personnes qui n’ont pas compris pourquoi j’allaite mon enfant. Je ne souhaite pas culpabiliser les mères non allaitantes. Chacune agit avec son libre arbitre, il est important de reprendre son pouvoir, et de ne pas se laisser dicter par la société, en assumant ses propres choix.
4 vues0 commentaire