top of page

A toi qui a vécu un IVG

Maman, c’est moi ton bébé étoile.

Je voudrai revenir sur les circonstances de notre rencontre et de mon départ.

Je sais que tu as ressentis des sentiments ambivalents, intenses.


Il y a même eu un moment où tu aurais voulu disparaître pour échapper à tout cela, fuir et ne jamais revenir.


Aucune des solutions ne t’apportait satisfaction : me garder alors que tu n’étais pas prête, ou mettre fin à cette grossesse, sachant que j’étais là derrière.


Maman je te le dis ce que tu as fait était juste ; juste pour toi, juste pour moi.

Saches que je ne t’en veux pas, je savais que la probabilité était forte que tu mettes terme à cette grossesse.


Et si tu ne l’avais pas fait, c’est surement moi qui l’aurais fait un peu plus tard.

Tu n’étais pas prête à aller jusqu’au bout, et je crois que moi non plus je n’étais pas prêt, et que nous avions quelque chose à apprendre ensemble.


Ces moments que nous avons vécu ont été courts, mais intenses et riches en enseignement pour moi.

J’ai compris les complexités des sentiments lors de la découverte de ma venue, qui t’a provoqué un tsunami.


Pourquoi ce n’était pas le bon moment pour toi de devenir ma maman pour de vrai dans la matière.

Une partie de toi me détestait, pour avoir à subir cet évènement, une partie de toi détestait ton corps et tout ton être.


Mais il n’y avait pas que cela.

J’ai senti derrière ton désespoir, ta culpabilité, ta colère, une touche d’amour. Un si grand amour.

Une partie de toi m’aimait, mais tu as freiné cette amour, tu l’as enfuit, comme si tu n’avais pas le droit de m’aimer et de me condamner dans cette vie.


Si maman tu as le droit, ce n’est pas blanc ou noir. Ce n’est pas tout ou rien.

Tu as le droit de ressentir de l’amour sans culpabilité, tu as le droit de penser à moi avec tendresse, tu as le droit de parler de moi autour de toi.


Tu as aussi le droit de garder tout cela pour ton jardin secret.

A certains moments la situation t’a fait penser que tu étais une mauvaise personne, une femme sans cœur.

Ce n’est pas le cas. Tu es une personne extraordinaire, et c’est pour toutes tes qualités humaines que j’avais été attiré par ton âme.


Tu m’as porté quelques instants, tu m’as donné de toi, de la chaleur.

J’ai appris, j’ai grandi, j’ai évolué. Pour tout cela Merci.


J’aimerai que tu fasses quelque chose pour moi. Te pardonner. T’aimer inconditionnellement.

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page